La vie est au cœur du travail du kinésithérapeute en soins palliatifs

Quelle peut être la place du masseur-kinésithérapeute en soins palliatifs ? Le positionnement du lit, le désencombrement bronchique, le massage abdominal, la relaxation et, bien sûr, le mouvement lui-même actif ou passif sont souvent très utiles chez des patients en fin de vie. Cependant, réflexion éthique et formation sont nécessaires parallèlement aux connaissances techniques pour les professionnels travaillant dans ce domaine.

Dans l’accompagnement en fin de vie, la kinésithérapie participe à la conservation de la qualité de la vie et de la dignité humaine.

Il est important d’adapter sa prise en charge à son patient en n’étant pas trop agressif, car ici, le but ne sera pas d’augmenter les performances, mais plutôt de conserver une bonne qualité de vie et parfois uniquement de prodiguer des soins de conforts. Le rôle du masseur kinésithérapeute est donc de maximiser le potentiel fonctionnel des patients afin de minimiser les incapacités et les handicaps causés par le cancer ou son traitement.

Nous sommes présents pour réconcilier la patiente avec son corps, l’aider à l’utiliser dans toutes ses possibilités et lui redonner confiance. Nous tentons d’améliorer les déficiences physiques, nous enseignons l’utilisation de techniques compensatrices afin d’autonomiser notre patient en utilisant au mieux ses acquis en l’entrainant pour améliorer sa force et son endurance.

Nous devons trouver la bonne distance, ne pas être trop proche du patient, afin de ne pas prendre trop à cœur leur rechute ou leur décès, car cela serait invivable au quotidien pour le praticien. En même temps avoir de l’empathie, être à l’écoute chaque jour, pour proposer des soins de qualité. Cette relation soignant soigné est essentielle en soins palliatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *