L’avantage du tiers payant

Un patient bénéficiant du tiers payant, comme dans notre cabinet, n’a pas besoin d’avancer une somme d’argent : le coût de la consultation médicale est pris directement en charge par l’assurance maladie et sa complémentaire.

Le principe du tiers payant a pour avantage sa SIMPLICITE et sa TRANSPARENCE du point de vue de l’assuré. En effet il n’a plus à avancer les frais et à s’inquiéter de percevoir ensuite son remboursement. Depuis le 1er Janvier 2017 le tiers payant devient un droit pour les soins pris en charge au titre de la maternité ou d’une affection de longue durée (ALD).

Les détracteurs de ce dispositif, à l’inverse, pointent le risque d’une déresponsabilisation des patients et d’un faux sentiment de gratuité des actes de santé.

Pratiquer du sport de façon équilibré pour une santé parfaite

La pratique équilibrée d’un sport aide à maintenir une bonne santé physique et mentale.

L’exercice physique est de moins en moins intégré aux activités de la vie quotidienne telles que le travail ou les déplacements. Les conséquences sanitaires de cette évolution des modes de vie vers une plus grande sédentarisation inquiètent les pouvoirs publics.

La pratique d’un sport fait travailler le système cardio-respiratoire et différents muscles. Elle permet de brûler des calories et donc de prévenir de l’obésité (prévention de l’obésité). Elle incite à avoir une alimentation correcte (alimentation du sportif). Elle facilite l’évacuation de la tension nerveuse accumulée dans la journée (ex: stress chez l’humain). Elle facilite l’acquisition du sens de l’équilibre, soit dans des situations prévues (exercices de gymnastique), soit dans des situations imprévues (jeux de ballon, sports de combat). Il permet aussi au pratiquant de construire une méthodologie du travail, réutilisable pour d’autres disciplines.

Il est recommandé de pratiquer un sport d’intensité moyenne ou, plus simplement, d’exercer une activité physique pendant un temps allant de 50 min à 1h30 si l’on veut avoir un effet sur le maintien ou l’abaissement de son poids, au moins trois fois/semaine.
La marche est l’activité physique la plus pratiquée par un très grand nombre d’adultes et de personnes âgées.

Une grande étude taïwanaise publiée en 2011 dans le journal médical The Lancet, a montré qu’une activité physique modérée de 15 minutes par jour ou 90 minutes par semaine pouvait diminuer la mortalité globale de 14% contribuant ainsi à une augmentation de l’espérance de vie de 3 ans.

La vie est au cœur du travail du kinésithérapeute en soins palliatifs

Quelle peut être la place du masseur-kinésithérapeute en soins palliatifs ? Le positionnement du lit, le désencombrement bronchique, le massage abdominal, la relaxation et, bien sûr, le mouvement lui-même actif ou passif sont souvent très utiles chez des patients en fin de vie. Cependant, réflexion éthique et formation sont nécessaires parallèlement aux connaissances techniques pour les professionnels travaillant dans ce domaine.

Dans l’accompagnement en fin de vie, la kinésithérapie participe à la conservation de la qualité de la vie et de la dignité humaine.

Il est important d’adapter sa prise en charge à son patient en n’étant pas trop agressif, car ici, le but ne sera pas d’augmenter les performances, mais plutôt de conserver une bonne qualité de vie et parfois uniquement de prodiguer des soins de conforts. Le rôle du masseur kinésithérapeute est donc de maximiser le potentiel fonctionnel des patients afin de minimiser les incapacités et les handicaps causés par le cancer ou son traitement.

Nous sommes présents pour réconcilier la patiente avec son corps, l’aider à l’utiliser dans toutes ses possibilités et lui redonner confiance. Nous tentons d’améliorer les déficiences physiques, nous enseignons l’utilisation de techniques compensatrices afin d’autonomiser notre patient en utilisant au mieux ses acquis en l’entrainant pour améliorer sa force et son endurance.

Nous devons trouver la bonne distance, ne pas être trop proche du patient, afin de ne pas prendre trop à cœur leur rechute ou leur décès, car cela serait invivable au quotidien pour le praticien. En même temps avoir de l’empathie, être à l’écoute chaque jour, pour proposer des soins de qualité. Cette relation soignant soigné est essentielle en soins palliatifs.